Vous souhaitez aménager un premier potager ce printemps, mais ne savez pas par où commencer? Le jardinage en famille est une activité accessible à tous, mais nécessite tout de même des connaissances de base. Voici donc quelques ressources pour le démarrage d’un potager en cette période de pandémie!

Comment démarrer un potager, étape par étape:

  1. Connaître la date des derniers risques de gel de votre région
  2. Se munir d’un CALENDRIER de semis adapté à votre climat
  3. Choisir ses légumes
  4. planifier son potager
  5. Se procurer le matériel nécessaire
  6. Faire des semis intérieurs (+capsules vidéo)
  7. Préparer son espace de culture extérieur
  8. Semer des espèces tolérantes AVANT les derniers gels
  9. Semer des espèces sensibles APRÈS les derniers gels
  10. Transplanter les semis intérieurs au jardin
  11. Entretien du potager

Nos partenaires

Guide à télécharger gratuitement

Guide de démarrage de potager

Un guide qui déborde de conseils et de renseignements pour aider les citoyens, organismes, entreprises et institutions scolaires dans le démarrage de leur projet de potager.

(Document PDF, 175 pages)

Aller à la page de téléchargement

1- Connaître la date des derniers risques de gel de votre région (zone de rusticité)

En raison du climat de chaque région, on ne démarre pas un potager à la même date si on habite Montréal ou la Côte-Nord!

Il est essentiel de connaître la date des derniers risques de gel de votre secteur. Cette date servira à planifier les semis intérieurs et à savoir à partir de quand vous pourrez semer directement au jardin ou transplanter à l’extérieur les plantes sensibles au gel.

Dates où tout risque de gel est passé

  • 5 juin (Trois-Rivières)
  • 25 mai (Montréal et les environs, Laval)
  • 5 juin (Drummondville)
  • 5 juin (Hull)
  • 10 juin (St-Hyacinthe)
  • 10 juin (Sherbrooke)
  • 10 juin (Québec et les environs)
  • 10 juin (Matane)
  • 20 juin (Chicoutimi)
  • 25 juin (Gaspé)
  • 1er juillet (Senneterre)

    source : Larry Hudgson

Zones de rusticité

On nomme ces différences climatiques «zones de rusticité». Par exemple, la région de Trois-Rivières est zonée 4b. La Tuque est plutôt en zone 3b et Montréal en zone 6A.

Trouver votre zone de rusticité

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

2- Se munir d’un calendrier de semis adapté à votre climat

Lorsque vous connaîtrez votre zone de rusticité, munissez-vous d’un calendrier de culture adapté à votre réalité climatique. Vous y trouverez des informations importantes sur les dates appropriées pour les semis intérieurs, les semis extérieurs et la transplantation au potager.

Par exemple, la ville de Trois-Rivières se situe en zone 5a.

La Tuque est plutôt en zone 3b et Montréal en zone 6A.

Notre calendrier
(Trois-Rivières / sud de la Mauricie)

Calendrier de semis
Document PDF, 4 pages, 2 Mo

Télécharger le calendrier

Les Jardins de l’Écoumène

Différents calendriers à télécharger gratuitement (Zones 3-4, Zones 5-6, Fines herbes)

Calendriers – Jardins de l’Écoumène

3- Choisir ses légumes

Si vous êtes débutant, optez pour des légumes faciles à cultiver et adaptés à votre climat.

Consultez les informations sur les sites Web des semenciers pour en apprendre davantage sur les différents légumes offerts et sur les contraintes de leur culture.

Voir la section Choisir ce qu’on veut cultiver (p.75 de notre guide)

Liste de semenciers québécois

Quelques légumes faciles pour les débutants :

  • Bette à carde
  • Betterave
  • Cerise de terre
  • Chou chinois
  • Concombre
  • Kale
  • Haricot
  • Laitue
  • Navet
  • Pois
  • Radis
  • Tomate
  • Topinambour

4- planifier son potager

Vous avez déjà un espace pour jardiner à l’extérieur?

Si oui, faites un plan de culture pour répartir les différents légumes souhaités dans l’espace disponible. (p.83 de notre guide)

Ce sera votre premier potager cet été?

Différentes options s’offrent à vous… Cultiver en pleine terre, aménager des bacs, jardiner dans des pots. Consultez notre Guide de démarrage de potager pour découvrir les différentes options. Prenez également le temps de réfléchir à vos besoins et au réalisme de votre projet. Vaut mieux avoir un petit potager productif qu’un immense jardin difficile à entretenir!

(Exemple de plan de cultures, tiré de notre guide)

Voir la section Planifier son potager (p.23 de notre guide)

Prenez également connaissance de l’espace requis pour chaque légume (p.36 et 83 de notre guide), vous pourrez avoir une idée de ce que vous pourrez cultiver dans l’espace envisagé.

Télécharger le Guide de démarrage de potager

5- Se procurer le matériel nécessaire

Jardiner nécessite un minimum de matériel (semences, terreau, contenants, outils, etc.) Regardez que ce vous avez déjà en main avant de vous lancer dans des achats. On peut démarrer des semis intérieurs dans des contenants de plastique destinés au recyclage. On peut jardiner dans des boîtes à fleurs ou de grandes chaudières récupérées. Si vous avez un grand terrain, privilégiez un espace bien ensoleillé.

Par contre, ne lésinez pas sur les semences et le terreau! Des semences et du terreau de qualité seront gage de bons résultats. Démarrer un potager demande beaucoup de temps, d’efforts et de suivi! Travailler avec des produits de mauvaise qualité diminue grandement les chances de réussite.

Malgré le confinement actuel, la majorité des semenciers et des centre-jardins permettent de commander via leur site Web ou par téléphone, et offrent un service de livraison.

Liste de semenciers québécois

Liste de centre-jardins de la Mauricie

Prenez le temps de lire les informations sur les sachets de semences!

Les semenciers fournissent des indications primordiales quant à la culture de chaque légume (quand semer, à quelle profondeur, quel type de sol / d’ensoleillement, etc.) En suivant leurs conseils, vous aurez plus succès et moins de déceptions!

6- Faire des semis intérieurs

Les semis intérieurs se font majoritairement de la mi-mars à la mi-mai, selon votre région et les légumes désirés. Ce ne sont pas tous les légumes qu’on doit démarrer dans la maison! Il faut bien lire les informations sur les sachets de semences et sur votre calendrier de semis. (Fiez-vous à leurs conseils, ce sont des experts!)

Faire des semis à l’intérieur demande du temps, de l’espace, un minimum de matériel (contenants, plateau, terreau, semences) et un maximum de lumière (soleil direct ou éclairage d’appoint)! Évaluez la pertinence avant de vous lancer.

Si vous êtes débutants, débutez avec des espèces faciles, en nombre limité. Vaut mieux avoir quelques beaux plants en pleine santé qu’une multitude de semis qui manquent de lumière et qui auront des problèmes lors de la transplantation à l’extérieur. Les centre-jardins de votre secteur vendront aussi des plants vigoureux à la fin du printemps.

Voir la section Semis intérieurs (p. 91 de notre guide)

Capsules vidéo sur les semis intérieurs

1- Le matériel de base

2- Les semences et la planification des semis

3- Faire les semis

4- Entretien des semis

5- Repiquage, lampes et fertilisation

6- L’importance de la lumière

7- Semis d’oignons

8- Acclimater les plants au soleil

De nouvelles capsules sont en préparation!

Suivez notre page Facebook pour être tenu au courant!

7- Préparer l’espace de culture extérieur

Vous avez en main votre plan de culture, des semences, de petits plants (démarrés à l’intérieur ou achetés)?

Soyez patients! — Profitez des belles journées printanières pour préparer votre jardin ou vos contenants. C’est le temps de retirer les mauvaises herbes, d’aérer le sol, d’ajouter un peu de compost et de préparer les outils. On évite de complètement retourner la terre au risque de multiplier les mauvaises herbes. Décompresser le sol avec une fourche ou une grelinette est amplement suffisant.

Si vous préparez un jardin en pleine terre pour la première fois, il vous faudra probablement retirer le gazon présent. Si vous aménagez des bacs au sol qui seront remplis de terreau, une ou deux épaisseurs de carton placées au fond peuvent suffire pour étouffer l’herbe.

Si vous avez des pots ou des bacs contenant du vieux terreau, il est suggéré d’en retirer une partie et d’ajouter du compost pour améliorer la fertilité.

En faisant le ménage de votre cour, pensez à conserver des feuilles mortes et la chaume de la pelouse qui pourront servir de paillis pour le potager.

Ne précipitez pas les semis extérieurs ou la transplantation au jardin avant que la température soit clémente!

Voir la section Se mettre les mains dans la terre (p.110 du guide)

Voir la section Préparer le sol pour les semis et la plantation (p.122 du guide)

8- Semer des espèces tolérantes AVANT les derniers gels

Votre espace de culture est prêt et la température est plus chaude? Certains légumes tolérants au froid peuvent être semés à l’extérieur malgré les risques de gel. (Attention! Pas tous les légumes!)

Quelques espèces tolérantes aux légers gels printaniers :

  • Laitue
  • Navet
  • Radis
  • Épinard
  • Bette à carde
  • Chou chinois
  • Kale (chou frisé)
  • Roquette

Voir la section Semer et planter à l’extérieur (p.124 du guide)

9- Semer des espèces sensibles APRÈS les derniers gels

Plusieurs légumes populaires doivent être semés à l’extérieur APRÈS tous les risques de gels passés. Et même si les risques de gel sont derrière vous, de nombreuses espèces nécessitent que le sol soit suffisamment chaud pour que la germination des semences se passe bien.

Consultez attentivement votre calendrier de semis et vos enveloppes de semences afin de vérifier la température de germination idéale avant de semer à l’extérieur. (Dans un sol trop froid, les graines risquent de pourrir avant de germer…)

Voir la section Semer et transplanter à l’extérieur (p.124)

10- Transplanter les semis intérieurs au jardin

Tous les gels sont passés et vous êtes prêt à transplanter vos plants démarrés à l’intérieur?

Il est important d’acclimater vos jeunes légumes. Comme la peau d’un bébé, les feuilles de vos plants sont très sensibles aux rayons UV du soleil direct. Il faut donc les habituer progressivement à l’intensité du soleil printanier!

Il est recommandé d’éviter de transplanter au potager lors d’une journée très chaude et très ensoleillée au risque de déshydrater les jeunes plants.

Voir la section Transplanter au potager (p.126 du guide)

11- Entretien du potager (à venir)

Partenaires

Ce projet est soutenu financièrement par :

Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation
dans le cadre du programme Territoires : priorités bioalimentaires.


Ville de Trois-Rivières